TOURISME

à la découverte du PLUS BEAU PAYS du Monde

première étape - L’Orléanais

Ça y est, on est parti à la découverte du PLUS BEAU PAYS du MONDE : LA FRANCE ! Notre première étape nous emmène dans le centre de la France, au temps d’Astérix et Obélix, c’était une province Romaine rattachée à Lugdunum (Lyon), puis les provinces de l’Orléanais, du Berry et de la Touraine sont entrées avec Paris dans le domaine royal, le lieu de villégiature de la royauté, donnant naissance aux nombreux châteaux de la Loire, patrimoine historique incontestable. Aujourd’hui, la région est composée de six départements : le Cher, l’Eure-et-Loir, l’Indre, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher et le Loiret.
Pour notre tour de France, nous avons choisi d’utiliser les cartes Michelin, sur ViaMichelin, parce que le Bibendum est présent dans le cœur des Français depuis plus de 100 ans, et surtout que la firme de Clermont-Ferrand développe toujours son application en France ; mais rien de vous empêche d’utiliser Mappy, Mapstr, Framacarte de l’éditeur Framasoft, ou encore Qwant Maps, tous sont Français, mais pas toujours pratiques quand on rajoute des étapes ! Y’a encore un peu de boulot pour damner le pion aux ricains 😉 Allez, comme disait, je ne sais plus qui, Rome ne s’est pas fait en un jour.

En train, en vélo ou en voiture, on commence notre Tour de France par L’Orléanais, les départements du Loiret, de l’Eure-et-Loir et du Loir-et-Cher. Une région touristique qui abrite aussi la plus vaste forêt domaniale de France et la ville d’Orléans.

Forêt domaniale d’Orléans vue du Belvédère des caillettes - photo © tourisme-orleansmetropole.com
Carte Michelin - Première étape : L’Orléanais

Nous débutons notre excursion dans Le Loiret, en allant nous promener dans les rues et ruelles de l’un des plus beaux villages de France, celui de Yèvre-le-Châtel (associée à Yèvre-la-Ville) pour y découvrir la forteresse médiévale de Yèvre-le-Châtel datant du XIIIe siècle. Nous poursuivons notre route jusqu’au château de La Bussière, le château des pêcheurs sur son étang (XIIe siècle puis transformé au XVIIe).
À quelques kilomètres de là, Sully-sur-Loire pour s’arrêter quelques heures, et y prendre le temps de visiter les différents sites touristiques qui s’offrent à nous.
Commençons par la collégiale Saint-Ythier, qui est une ancienne église seigneuriale, puis l’église Saint-Germain, ancienne paroisse des mariniers, qui a été détruite et reconstruite plusieurs fois (1er édifice XIe siècle, forme actuelle XVIIe, réhabilitation entre 2004 et 2006) et abrite de nos jours divers événements culturels.
Le château de la Huardière, ancienne ferme du XVIIIe siècle, construit dans un style XVI au XXe siècle.
Comment parler de Sully-sur-Loire, ville d’art et d’histoire, sans évoquer son superbe château, dont l’édification de la première forteresse date du XIe siècle. La construction du château actuel débutera au XIVe siècle, ceint de remparts, de douves et protégé par un pont-levis (le pont aux prêtres). D’autres aménagements viendront par la suite au XVIIe siècle par Maximilien de Béthune, qui en a fait l’acquisition en 1602. Il fait raser la tour du temps de Philippe Auguste, et fait ériger le « petit château » qui tiendra lieu de résidence, ainsi qu’un parc et une autre tour. Le château sera malmené pendant la révolution, et subira un incendie qui détruira une aile datant du XVIIe siècle en 1918, et des bombardements durant la Seconde Guerre mondiale. Depuis 1962 il appartient au département du Loiret.
Le château de Sully retrouvera de sa superbe après plusieurs campagnes de restauration.

Château de Sully-sur-Loire © BEDRUNES Daniel

La ville de Sully-sur-Loire accueille plusieurs événements culturels et gastronomiques tout au long de l’année.
Continuons notre escapade en allant visiter le château de La Ferté Saint-Aubin (XVIIe siècle) surnommé le château des jeux avec son parc de 40 hectares regorgeant d’activités ludiques, culturelles et sportives pour toute la famille, dont des escapes games. Les enfants (et pas qu’eux) vont adorer.
Le site propose également des hébergements.

La Ferté Saint-Aubin. photo © tourismeloiret.com

.
Après une bonne nuit de sommeil réparateur dans l’un des nombreux et différents types d’hébergements que l’on peut trouver dans le secteur, direction Beaugency, qui fait partie des « 100 plus beaux détours de France » et qui est aussi labellisée « Ville fleurie. »
La cité historique peut vous plaire, autant par son patrimoine historique et culturel que par les balades que vous pourrez y faire en bord de Loire.
Au fil des rues et ruelles, nous pouvons voir l’ancien hospice (XIIe et XVIe siècles), l’hôtel de ville (XVe siècle), la tour « César » (XIe siècle). L’ancienne prison (XIVe et XVe siècles), les vestiges de l’ancienne enceinte de la ville (XVIe siècle), l’ancienne Abbaye Notre-Dame (XIe, XIIe, XVe, XVIIe siècles). L’église Notre-Dame (XIIe, XVIIe, XIXe siècles), la Maison de Guillaume Charles (XVe et XVIe siècles), la maison de la Pyterie (XVe et XVIe siècles).
La tour de l’horloge (XIe et XVIIIe siècles), le clocher Saint-Firmin (XVIe siècle). Le pont, le plus long édifié sur la Loire et qui, d’après la légende, serait l’œuvre du diable.

La tour du diable (XIe siècle), le viaduc (XIXe siècle), le moulin de Choiseau (XVIe et XIXe siècles), mais aussi le château Dunois qui est un logis seigneurial édifié au XVe siècle sur l’ancienne forteresse qui daterait de l’an mil.
D’autres modifications seront apportées au début du XVIe siècle, puis au XIXe siècle.
S’y trouvent des jardins suspendus, et un jardin médiéval avec ses pergolas, fontaines, vignes…
Certains lieux ne sont pas ouverts aux publics, mais sont tout de même à admirer de l’extérieur.

Beaugency. photo © Dominique Daury - Office du tourisme de Beaugency

En sortant de Beaugency, continuons notre route vers un autre château, celui de Meung-sur-Loire, surnommé le “château aux deux visages” à cause de son architecture, qui est l’un des plus anciens châteaux du Loiret. Il serait considéré comme le berceau des Capétiens après avoir été le cadre du traité entre Robert le Fort et le roi Charles le Chauve en 861. Le château du XIIe siècle bâti à l’emplacement du cloître pour Manassès de Garlande fut transformé en prison au XIIIe siècle lors de la construction de l’actuel à proximité (lui-même modifié au XVe et au XVIIIe siècle).

Château de Meung-sur-Loire. photo © Hirsch

À Meung-sur-Loire (prononcer Main-sur-Loire), cité médiévale, se trouve aussi la collégiale Saint-Liphard qui fut dans un premier temps une abbaye fondée au VIe siècle. La collégiale sera construite sur la tombe de Saint-Liphard du XIe au XIIIe siècle. À voir aussi, la Porte d’Amont (XIIIe siècle), vestige des fortifications, qui sera reconstruite au XVIIe, et restaurée au XIXe siècle. Ainsi qu’un autre château (à voir de l’extérieur), celui du Mariau, ancienne maison de maître modifiée, a été construit dans un style néoclassique. Aujourd’hui, il a été racheté, restauré et divisé en plusieurs appartements privés, après avoir abrité une maison de retraite pendant plusieurs années.
Pour le coin détente et beauté, ne pas hésiter à aller gambader le long « des Mauves. » Un ensemble de trois rivières coulant dans le Loiret, dont la Mauve de la Détourbe qui prend sa source à Meung-sur-Loire. L’office du tourisme vous propose une exposition permanente sur les anciens moulins à eau des environs, et un fascicule sur les différents parcours à suivre pour les admirer de l’extérieur (propriétés privées) et découvrir de très beaux cadres. Une ballade idéale pour se ressourcer.

Les Mauves photo © Office de Tourisme des Mauves

Nous quittons Meung-sur-Loire après ce beau moment de détente pour nous rendre à Orléans, ville d’art et d’histoire classée au patrimoine de l’humanité. Elle est aussi la préfecture du Loiret, ainsi que la capitale de la région Centre Val de Loire. Si vous y faites escale, nous vous conseillons d’aller vous balader au parc floral de La Source,

Château la Source photo © D-Chauveau -orleans metropole

puis d’aller visiter le muséum des sciences naturelles, le musée des beaux-arts, la cathédrale Sainte-Croix (construction du XIIIe au XIXe siècle). Voir le Campo Santo : un grand cloître du XIIe siècle, la collégiale Saint-Aignan (XVe-XVIe siècle, mais des traces de l’édifice datant du VIe, IXe et XIe, XIVe et XVe ont été retrouvées. Elle a été reconstruite après chaque destruction). Mais encore le Pavillon Colas des Francs (XVIe siècle), l’extérieur de la maison dite de la Chancellerie (propriété privée).
Flâner dans le vieux centre historique avec ses maisons à colombage, dont la maison de Jeanne D’Arc…
La pucelle d’Orléans est liée par l’histoire à cette ville, qui pour lui rendre hommage, perpétue une tradition chaque année en organisant au printemps les fêtes johanniques. Des outils pour flécher votre parcours à travers les rues de cette très belle ville, et prendre des renseignements aussi sur les très nombreux événements et manifestations culturels tout au long de l’année : « Les Témoins d’Orléans » et Tourisme Orléans Métropole

Orléans, rue de la charpenterie, maisons à pans de bois. photo © orleans metropole
Fêtes johanniques d’Orléans - photo © orleans metropole

Et pourquoi ne pas vous poser en terrasse dans ce décor historique, et y déguster l’andouille de Jargeau, à laquelle nous ajouterions bien un soupçon de moutarde d’Orléans de Martin Pouret. Vous pouvez aussi opter pour un poulet jaune orléanais au vinaigre d’Orléans, toujours de Martin Pouret, un poisson de la Loire, ou un pâté de faisan. S’ensuit le plateau de fromages avec du crottin de Chavignol, du Brie de Meaux, un morceau de Chécy, de Frinault, de Pithiviers au foin (ou Bondaroy au foin) ou encore l’Olivet au foin ou cendré, voire une salade de légumes ou de fruits régionaux et de saisons. 
Ci-dessous, un tuto pour préparer un sandre rôti sur sa peau au vinaigre d’Orléans crémé par Sébastien Radzieta, maître restaurateur du Loiret 

Ou bien tout simplement juste vous asseoir pour boire un verre de bière La Johannique, brassée dans le Loiret, ou une de La brasserie des Carnutes (Neuville-aux-Bois), une La Pie (St-Hilaire-st-Mesmin), ou de la Brasserie du Vauret (Mardié), une La pucelle d’Orléans…ou alors un verre de vin des coteaux du Giennois, d’Orléans-Cléry, Cléry-Saint-André, Le Loiret, l’Orléans, des vins qui se déclinent en vin blanc, rosé et rouge (à consommer avec modération).

© La Brasserie des Écluses

Et les petites douceurs dans tout cela ?
Sans doute craquerez-vous sur les pralines de Montargis (ou praline Mazet), les macarons d’Orléans, une part de Pithiviers (pas le fromage, le gâteau), une boîte de Cotignac à base de gelée de coing, ou des pots de différents miels. Ou bien encore pour les croquets et les langues de femme (tuiles aux amandes et noisettes). Mais surtout, vous ne repartirez pas sans les moutardes & vinaigres de Martin Pouret, un des derniers à produire en France.

Moutardes, Vinaigres & Cornichons © Martin Pouret

Le Centre-Val de Loire est la première région céréalière en Europe et la sixième région industrielle française. Les Entreprises « Made in France » dans le département du Loiret à visiter sur le parcours :
(en attente)

La région a vu naître et a accueilli de nombreuses célébrités littéraires et artistes : Léonard de Vinci, Honoré de Balzac, René Descartes, François Rabelais, Pierre de Ronsard, George Sand, Charles Péguy, Marcel Proust, Jules Romains, Anatole France, Max Jacob, Maurice Genevoix, Gaston Couté, François Villon, Alain-Fournier, Étienne Dolet, Guillaume de Lorris, Patrice de la Tour du Pin, Alfred de Vigny, Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Beaumarchais, etc.

Et on prend la route en musique avec Michel Delpech :

Dans ce premier tour de roue, nous vous avons présenté quelques idées parmi d’autres. Tant de belles découvertes à faire.
Pour en savoir plus sur les sites touristiques à visiter, les produits du terroir, les itinéraires de cyclotourisme, les hébergements, activités ludiques, culturelles et sportives… un site internet qui peut vous aider, celui du Tourisme Loiret

Continuons notre route vers l’Eure-et-Loir…

Vous avez aimé ? Partager !