MUSIQUE

Pendant que la rumeur circule, eux, ils soignent !

[MUSIQUE]
« Tandis que nous chantons certains soirs au balcon, et que ceux qui comme moi, ne savent pas chanter, essaient parfois d’enchanter, sans chanter, pour que d’autres nous rejoignent... eux ils soignent ! ... Ils soignent ! Ils suent ! Ils saignent ! Ils souffrent ! Subissent, supportent, suffoquent… Mais sans cesse ils soignent ! Et grâce à eux, au final, on gagne ! »
Le slameur Suisse Narcisse 🇨🇭 ne sait peut-être pas chanter, mais slamer, il sait faire, et quel bel hommage aux personnels soignants, majestueux, somptueux, fin, poignant, sans flamboyance ni larmoyant, un doux pamphlet qui devrait nous recentrer sur l’essentiel : eux, ceux qui sont sur le front !

Les mots choisis vont droit au but, aux points sensibles, les thèmes sont ceux qui marquent la plupart de nos journées de confinement, les applaudissements à 20h au balcon, les bouquins à relire, les enfants qui nous ramènent à la raison ou nous font perdre la tête, le corps enseignant qui fait ses cours à distance, et qu’on remerciera d’être quand même là ; ces rues vides, cette nature qui s’éveille et se réveille, qui reprend ses droits avec les beaux jours du printemps, sans pollution ; ces infos angoissantes sur les réseaux sociaux nous abreuvant de théorie, de complot, d’infox, d’intox et hoax en tout genre, ces politiques et journalistes ou twittos qui cherchent les raisons du pourquoi du comment et du qui, ces Trump, Bolsonaro ou Johnson qui ne voient rien, ni ne comprennent rien d’autres que l’appât du gain, voyant leurs bourses s’écrouler, cette ruée sur le PQ que personne ne comprend, à part peut être qu’ils vont en chier, ceux qui se plaignent du manque d’apéro entre copains parce qu’on est tous coincés à la maison, alors que la petite vieille seule dans son coin gueule sur les quelques cons finis pas finis et pas confinés qui ignorent les consignes... pendant ce temps, eux, ils soignent.

Merci à tous les personnels soignants !
Merci Narcisse le slameur pour ta poésie engagée.
Suivez Narcisse Slam sur les réseaux.

Nous avons réussi à joindre Narcisse par mail : "Bonjour Yves, Merci de ton message. C’est la Radio Télévision Suisse qui possède les droits de mes chroniques. Il n’y a aucun problème pour les partager sur tous les réseaux sociaux, mais je n’ai pas d’autres versions que celle qui se trouve sur RTS culture et qui est l’original" - Alors merci de ne partager que l’original, pas les copies de ceux qui s’en servent pour faire du buzz comme on peut voir trop souvent ! Les artistes sont rares et c’est leur salaire (droits d’auteurs) que vous piquez ! PS : une version sur la chaîne Youtube de la RTS serait la bienvenue, merci. La rédaction

“Et tandis qu’on dort tant, qu’on en dort même plus, qu’on lit pour passer l’temps, La Peste de Camus, Tandis que nos enfants, coincés à la maison, nous font prendre fermement, La bonne résolution, Qu’à la fin du printemps, on fera sans façon, à tous les enseignants, Un bisou sur le front, Parce que l’éducation, par papa et maman, c’est une sacrée montagne... Eux, ils soignent”
En cette période très étrange, le livre le plus vendu est la Peste d’Albert Camus, livre dans lequel, bizarrement rien n’a changé, on retrouve encore cet esprit d’insouciance des habitants d’Oran, alors qu’il a été publié en 1947. Drôle de choix, pour lire, s’évader, se divertir, mais peut être pour comprendre.

La peste - Albert Camus - 1947

Merci de ne pas acheter ce livre sur Amazon, cette société ne paye pas ses impôts chez nous, comme la plupart des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), impôts qui servent à construire des hôpitaux et des écoles entre autres, et croyez qui vous voudrez, on va en avoir besoin dans les années à venir.

Bon courage à tous et Restez chez vous !

Vous avez aimé ? Partager !