LITTÉRATURE

Et si on lisait des livres d’auteurs Français ?

Résolution n°4 : J’achète un livre chez mon libraire.

La suite du soutien à apporter à nos artisans avec la résolution n°4 :
J’achète un livre chez mon libraire.
Jeudi dernier, le 23 Avril, c’était la journée internationale du livre. L’occasion de se poser quelques questions sur le marché du Livre en France et la situation de la filière en ces temps de crise due au Coronavirus - COVID19.
Les années précédentes, il se vendait près de 14 livres chaque seconde en France, soit 436 millions de livres par an pour un chiffre d’affaires total de 3,9 milliards d’euros pour l’édition. Le chiffre d’affaires de l’édition numérique représentait 8,65 % du total. La vente de livres se fait dans un réseau de distribution riche de 15 000 points de vente. (Source Planetescope Chiffre 2016) (les ventes en volume ont baissé de -1.1% en 2017 et -0.8% en 2018 - 2019 (non disponible) Chiffres communiqués par l’Observatoire de l’économie du livre du Service du livre et de la lecture de la DGMIC sur Culture.gouv.fr)
.
Le livre est un produit non périssable, considéré comme non vital et pourtant, alors qu’avec le confinement nous avons le temps de nous poser, les libraires sont fermés et c’est toute l’édition française qui est à l’arrêt. Après un mois et demi à ce régime, une vague de faillite sans précédent dans toute la filière est à craindre.
Pourtant le 19 Mars, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire envisageait de réfléchir à des règles rigoureuses qui « permettraient aux librairies de continuer à ouvrir sous réserve ». Mais le syndicat de la librairie française et Initiales (regroupement de libraires indépendants) s’y sont opposés, pour protéger clients et employés, considérant que les librairies n’étaient pas en mesure de respecter l’ensemble des gestes barrières. Pourquoi ?
Posons-nous la question de ce qui amène un acheteur à pousser la porte d’une librairie ?
Ce n’est pas le prix du livre puisqu’en France le livre a le même prix partout depuis le « prix unique du livre » instauré par la loi de 1981 pour protéger le livre et la lecture. Tous les commerçants sont obligés de le respecter. Que vous achetiez votre livre en librairie, dans une grande surface ou en ligne, vous le payez au même prix.
Ce qui nous amène à rentrer dans une librairie c’est le plaisir de déambuler, d’y aller en famille, de toucher les livres (« une librairie est un nid à microbes, les clients retournent en moyenne 10 livres avant d’en choisir un, et il est impossible de tout désinfecter au gel hydroalcoolique », paroles de libraire). C’est le plaisir de lire le 4e de couverture, de sourire aux fiches « coup de cœur » rédigées par le libraire, c’est d’avoir l’impression de faire un libre choix et non un choix influencé par un algorithme.
La librairie est un lieu de vie, un lieu d’échanges, un lieu de bonheur. Imaginer une librairie qui ressemblerait à une pharmacie, où l’on donnerait sa liste avant de récupérer sa pile, peut sembler enlever beaucoup de charme et d’intérêt à la librairie de quartier. Pourtant avec le confinement, les libraires ont bien dû se réinventer pour survivre.

Pour maintenir un filet d’activités, certains libraires ont mis en place des solutions alternatives.

➡️ Cécile Panou de la librairie TIRE LIRE à Toulouse (24 rue de la bourse), a du improviser un service de livraison pour essayer de répondre aux nombreuses sollicitations des parents qui cherchaient à occuper utilement leurs enfants, mais elle a du renoncer momentanément, étant toute seule dans sa librairie. Nous avons pu échanger ce matin au téléphone, elle nous raconte :

.
➡️ Jeremy Derny de la librairie Librairie L’IMPROMPTU à Paris (48 rue Sedaine 11e), a mis en place un système de « Click and Collect ». Vous commandez sur le site les livres en stock, vous payez en ligne et vous venez récupérer votre commande le mercredi ou samedi de 14h à 18h (sur RDV). Il témoigne pour You Are So French :

➡️ Voici d’autres exemples de solutions mises en place  :
• La librairie Lamartine (Paris 16e) a mis en place un service de livraison sans contact à Paris et en région parisienne, en commandant directement sur son site
Librairie Lamartine

lalibrairie.com, la librairie en ligne qui regroupe 2500 points libraires partenaires où vous pouvez normalement aller récupérer gratuitement vos livres, vous demande de rester chez vous et vous livre à domicile.

• La librairie La Nuit des Temps (Rennes) a mis en place un système de bons d’achat qui seront utilisables en plusieurs fois dès la réouverture (envoyez un mail à librairielanuitdestemps@gmail.com et ils vous expliquent tout).

ParisLibrairies.fr qui regroupe une centaine de libraires de Paris et sa couronne, propose pendant la période de confinement d’acheter des livres numériques et audio sur le site et d’attribuer la vente à une librairie du réseau. Si aucune librairie n’est désignée, le pourcentage libraire est reversé à l’association Paris Librairies. Une façon de maintenir le lien tout en leur apportant du soutien.

• 534 librairies (c’est énorme !) se sont inscrites sur le site Petits Commerces et proposent des bons d’achat à partir de 20€.

soutien-commercants-artisans.fr

• Sur le site de Je soutiens ma librairie plus de 713 actions recensées

.
• D’autres encore, propose une sélection de livre à acheter chez les commerçants encore ouvert comme les boulangeries.

• Certaines ont simplement choisi de rester fermées, de prendre du recul, de réfléchir à la slow librairie, et de renforcer le lien avec leurs clients à travers des échanges et des conseils, des partages de lecture et des jeux … en espérant vous revoir très vite dès la réouverture ! C’est le cas de la librairie Arcanes (Châteauroux), la librairie La Suite (Versailles) et la librairie Garin (Chambéry) et ses 40 coups de cœur pour la quarantaine. Mais c’est aussi le cas de Librairies indépendantes librairiesindépendantes.com, moteur de recherche de livres en France qui fédère 16 portails de libraires indépendants, nationaux, régionaux ou spécialisés, soit plus de 1000 librairies implantées sur l’ensemble du territoire et donne accès instantanément aux 20 millions de livres disponibles dans ces librairies.

librairies indépendantes

Pour la plupart de tous ces indépendants et artisans, l’enjeu, en période de COVID, était de demander à Amazon, la FNAC, CDiscount et aux hypermarchés de se cantonner aux ventes de produits alimentaires.
Lire le communiqué de presse du syndicat de la librairie française du 18 Mars : Vente de livres en période d’épidémie : si la vente de livres en librairie n’est pas « indispensable » à la vie de la nation, pourquoi la vente de livres par Amazon ou un hypermarché l’est-elle ?
En l’occurrence, face aux difficultés logistiques de réappro des stocks épuisés, les géants ont limité leurs références à leur stock mettant à mal cette fois la filière de l’édition et de l’impression. Amazon n’a maintenu que 5200 titres disponibles (Pédagogie et les bests sellers) sur environ 750 000 références disponibles du catalogue vendu en France... Les autres réseaux de ventes, Espace Culturel Leclerc, Fnac, Les Furets du Nord, Décitre... ont favoriser leur stock disponible et pour les autres références, ils ont mis "indisponible"...
Le livre c’est une chaîne complète ! De l’arbre coupé pour en faire du papier qui passera entre les machines des imprimeurs, aux petits éditeurs et grandes maisons qui soutiennent les auteurs, à la distribution dans nos librairies, ce sont des milliers d’emplois qui sont menacés.
.
Nous avons cherché des citations pour illustrer la fin de cet article, il y en a de belles, poétiques ou engagées, mais nous avons préféré interroger directement les personnes concernées, merci à nos libraires Cécile et Jérémy de nous avoir concédé un peu de leur temps. Pour finir, quoi de plus engageant que le témoignage d’un auteur Philippe Leclerc

Entretien avec Philippe Leclercq

Il se crée toujours un lien entre l’auteur et son lecteur, comme entre l’auteur et son libraire. Ces liens doivent rester et perdurer, c’est tout un pan de notre culture qui est en danger. Nous avons tous hâte de vous retrouver après le déconfinement avec une rentrée littéraire riche en sujet.

La rentrée littéraire 2021 vu par Bruno Duhamel

Nous continuerons à aborder le sujet passionnant de la chaîne du livre. A suivre sur You Are So French ...

Vous avez aimé ? Partager !