HISTOIRE

le 8 mai, l’espoir d’un monde en paix

Parce que notre histoire sera toujours présente, et pas uniquement dans les manuels scolaires, il est des chants et des fleurs que nous ne pouvons pas oublier.

Le Chant des Partisans (paroles de Maurice Druon et Joseph Kessel, musique de Anna Marly) chanté par le Chœur de l’armée rouge.

Il y a 75 ans, le 7 mai 1945 fut signé l’acte de reddition de l’Allemagne, à Reims, le lendemain, le 8 mai à Berlin, ce sera l’acte de capitulation militaire, signé par Arthur William Tedder, au nom du Commandement suprême des Forces expéditionnaires alliées, avec le haut commandement Soviétique, représenté par Gueorgui Joukov absent le jour précédent, et comme témoin Jean de Lattre de Tassigny, Général commandant en chef de la 1re armée française et Carl Spaatz, Commandant des Forces stratégiques aériennes des E. U.
.

Le Chant des partisans, « La Marseillaise de la Résistance », fut créé en 1943 à Londres. Immédiatement, il devint l’hymne de la Résistance française, et même européenne. Il est aussi un appel à la lutte fraternelle pour la liberté : « C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères » ; la certitude que le combat n’est jamais vain : « si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place ».
"Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu´on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c´est l´alarme.
Ce soir l´ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.
Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite...
C´est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève...
Ici chacun sait ce qu´il veut, ce qu´il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l´ombre à ta place.
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur les routes.
Sifflez, compagnons, dans la nuit la liberté nous écoute...
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ?
Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh..."
Captation & Motion Art Work by #TheCrazyFrench
.
Du 5 au 13 mai se déroule la Campagne nationale du Bleuet de France en soutien aux victimes de guerre, veuves, pupilles de la Nation et victimes d’attentats. Les dons se font au profit de l’Office National des Anciens Combattant - l’Œuvre Nationale du Bleuet de France, restent un symbole fort de la Nation.
En 1991, l’association du Bleuet de France devient l’Œuvre nationale du Bleuet de France. L’ONACVG la prend alors sous son aile et en assure depuis sa gestion et sa présidence. Cent ans après sa création, sa vocation perdure.
Faire un don sur l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre

Le bleuet Une fleur symbolique

“Le bleuet est le symbole choisi pour illustrer la solidarité envers le monde combattant pour plusieurs raisons. Il rappelle l’uniforme bleu horizon que les jeunes recrues, les « Bleuets », portaient en rejoignant leurs aînés, les « Poilus », sur les champs de bataille. Le bleuet est reconnu comme la fleur française du souvenir, celle qui poussait dans la boue des tranchées, seule note colorée dans un paysage dévasté avec le coquelicot. Enfin, le bleu est également une des couleurs de la Nation française, première couleur du drapeau tricolore.”
Confinement oblige, pour fabriquer chez soi un bleuet l’ONAC met un kit à votre disposition : Le Kit du 8 Mai du Bleuet de France

La Maison Cinabre réaffirme son soutien à l’association caritative du Bleuet de France avec sa boutonnière solidaire. Pour chaque Bleuet Cinabre acheté, 40€ sont reversés et c’est Made in France, évidemment !

La Boutonnière de la Maison Cinabre - Fabriqué à la Main

.
Parce que cela nous concerne encore aujourd’hui, parce que la paix ne règne pas encore dans le monde, parce que la France reste un des pays les plus engagés dans le monde contre le terrorisme, nous devons rendre hommage à ces militaires morts ces derniers jours. Opération #Barkhane

Ces Soldats Morts pour la France contre le Terrorisme.
Mort au combat le lundi 4 mai à l’âge de 21 ans, le 1re classe Kévin Clément était un « Gaulois », le surnom des combattants français de naissance au sein de la Légion étrangère.
Le brigadier Dmytro Martynyouk, né en Ukraine et âgé de 29 ans, a été blessé par l’explosion d’un engin explosif improvisé blessé le 23 avril au Mali lors de l’opération Barkhane contre les groupes armés Djihadistes. Il est décédé vendredi 1er mai, des suites de ses blessures.

Vous avez aimé ? Partager !