BANDE DESSINÉE

Le 9e art est Made in France et Made in Belgium !

Tour d’horizon et actualité de la Bande Dessinée

Le 9e art en France
Il n’y a pas de bonnes vacances sans un bon livre ! Alors pour poursuivre nos articles sur la chaîne du livre et ceux pour vous faire découvrir la France à travers son patrimoine culturel et artisanal, nous avons eu envie de vous parler un peu du 9e art. Nous disons « un peu » car le domaine est tellement vaste que nous n’avons pas la prétention de pouvoir le couvrir dans un seul article de quelques minutes. Ce sera plutôt un clin d’œil. (et d’autres si cela vous plait)
La bande dessinée, appelée souvent 9e art est de plus en plus populaire en France.

La production de BD française a été multipliée par dix en 20 ans

Elle a trop longtemps été considérée comme un sous-genre de la littérature, un art mineur, une lecture destinée aux enfants. Mais depuis les années soixante elle gagne une légitimité en tant que telle et ne cesse de grandir.
Les chiffres du marché français de la BD pour l’année 2019 en sont la meilleure preuve : la bande dessinée se porte bien en France avec 48 millions d’exemplaires (+11%) vendus pour un CA de 555 M€ (+9%). Avec ou sans Astérix dans les comptes la BD cartonne (puisque nous avons vu dans notre dernier article qu’Asterix ne venait pas toujours de Gaulle mais souvent de Roumanie !), et c’est une dynamique constante depuis 5 ans qui nous remplit de joie. 16% des livres vendus en France sont des BD et 38% des BD sont achetés en librairie.
Source : idboox.com
Dans un article de 2014 (actualisé en 2019) les Echos titrait « Les Français le savent. Le luxe, c’est eux. La gastronomie, c’est encore eux. Les plus beaux paysages et les jardins les plus magnifiques, c’est toujours eux... Convaincus de leur talent naturel, les « Frenchies » avaient même, du coup, fini par se convaincre que la bande dessinée, aussi, c’était eux. Et eux seuls... »
Ils y vont un peu fort ! Car de notre côté nous n’avons jamais douté que la bande dessinée était plus franco-belge que franco-française. Hergé & Tintin, Franquin & Gaston Lagaffe, Edgar P. Jacobs & Blake et Mortimer, Morris & Lucky Luke, sans oublier le grand Jean Van Hamme (« Treize », « Largo Winch », « Thorgal », « Les Maîtres de l’orge »...) nous rappelle que la BD du XXe siècle est autant française que belge. Et puis il y a aussi les Comics américains (qui ne se bousculent plus du tout dans les librairies …), les mangas japonais, …
.

Parce que nous sommes curieux, ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est d’où proviennent nos bandes dessinées ? Où sont-elles imprimées ?

Vous l’aviez surement deviné, nous aimons la Bd et avec un mur de près de 1000 bandes dessinées à notre disposition nous avons fait un sondage aléatoire simple par échantillonnage. Nous avons étudié les œuvres, séries ou one shot, de 18 maisons d’édition différentes.

Pour commencer nous avons noté qu’avant les années 80, la mention d’origine du lieu d’édition était presque tout le temps absente.
Ensuite, dans notre collection, aucune bande dessinée ne vient de Chine ou de Roumanie (ok nous n’avons pas le dernier Asterix …). Les plus lointaines viennent de Belgique ! Mais quand il est question du 9e Art nous ne formons plus qu’un avec nos amis belges, et comme nous le disions précédemment, c’est un art franco belge et francophone ! Autant tout partager.

.

Voici le tableau récapitulatif de notre mini étude :

Dans notre collection, 55% d’imprimeurs francais contre 45% belges et seulement deux noms d’imprimeurs français : POLLINA et PPO Graphic.
▶️ POLLINA a été créé en 1968 par Paul et Annie Pollina en Vendée, où l’entreprise est toujours installée. Dans les années 2000, leurs trois fils reprennent les rênes de la maison. En 2002, l’entreprise ajoute à son offre l’impression rotative 16 pages spécialement dédiée à l’édition, aux magazines et catalogues. Dès lors, ils impriment quelques-uns des plus grands succès de la bande dessinée, et la majorité de nos lectures à en croire notre liste. L’entreprise emploie une petite centaine de personnes.
▶️ PPO GRAPHIC a été quant à elle créée en 1975. L’entreprise se spécialise dans la bande dessinée, les beaux livres, catalogues et brochures. Les 4 pôles de production qui permettent de maîtriser l’ensemble de la chaîne graphique (pré-presse, impression, façonnage, reliure) sont regroupés sur un seul site, à Palaiseau, en région parisienne. L’entreprise emploie également une petite centaine de personnes.

© Alexis Sentenac

Nous ne dirons pas pour autant que tous les voyants sont au vert. Une grande partie des auteurs vivent avec un statut précaire. Lors du dernier festival d’Angoulême, qui s’est tenu fin janvier 2020, Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann qui ont reçu le prix Goscinny, ont profité de cette tribune pour souligner dans leurs discours la précarité grandissante du milieu pendant que les rejoignaient sur scène la centaine d’auteurs présents dans la salle qui ont caché leur visage d’une feuille blanche devant le message écrit sur les écrans du décor « Sans auteur, sans autrice, pas de BD ». On vous invite à jeter un œil sur les différents dessins réalisés pour l’occasion par les auteurs :

BandeDecimee.fr

Sans auteurs, pas de livre, sans livre pas de culture ni de transmission de savoir, sans culture pas de civilisation.

La Bande Dessinée d’auteurs est un art, une exception franco-belge, qui fait partie de notre patrimoine. De plus en plus de villes partout en France organisent leur festival. Dans les plus connus, il y a bien sur celui d’Angoulême (créé en 1974), le Festival international de la bande dessinée de Chambéry (1977), Quai des Bulles à Saint-Malo (1981) et BD Boum à Blois (1984), le plus grand des festivals gratuits. Pour le calendrier des festivals 2020 – 2021 c’est ici : Festivals BD

Conseil d’ami : offrez des bandes dessinées. Partez à la découverte des festivals ou rendez vous dans votre librairie de quartier, spécialisée ou non. Questionnez le vendeur, qui sera toujours un passionné, demandez-lui les dernières sorties d’auteurs français. Vérifiez quand même l’imprimeur et investissez ! C’est l’ensemble de la chaîne que vous ferez travailler, vous passerez un bon moment, vous ferez des découvertes et vous pourrez la lire et relire, surtout si c’est une série. Comme il faut environ une année entre deux sorties, vous aurez le plaisir de relire la précédente avant de dévorer la nouvelle, et ainsi de suite. Sur une série d’une dizaine d’opus, votre achat sera très vite rentabilisé.
C’est un art immense aux ressources inestimables et parfois étonnantes et décalées.

----

ARTISTE ▶️ On vous présente Xavier Marabout, un artiste peintre français installé dans le Morbihan qui a eu l’idée d’inventer une vie amoureuse et tumultueuse à Tintin au travers des œuvres de Hopper. Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas Edward Hopper, c’est un artiste américain du XXe siècle mort à NY en 1967. Son œuvre dresse le portrait de la société américaine, en ville ou à la campagne, au travers de l’évolution de la classe moyenne, laborieuse et authentique, souvent solitaire. Tintin quant à lui avec plus de 230 millions d’exemplaires vendus, est sans conteste un des personnage de bandes dessinées les plus populaires au monde. Aux travers des aventures du reporter, il nous a fait voyager en 24 albums, où nous avons rencontré ses amis, mais ne lui avons jamais connu de petite amie. Allions-nous en rester là ?
C’est l’idée de départ de Xavier Marabout, artiste, peintre et sculpteur, fasciné depuis son plus jeune age par la bande dessinée et la peinture des grands maîtres. Il a développé son propre style en joignant ces deux univers, la série Hergé – Hopper. En s’inspirant du style du peintre et de l’univers de la bande dessinée, Xavier Marabout a imaginé des dizaines de scènes qui mettent en lumière la vie amoureuse de Tintin.

Ballade amoureuse en Lincoln Zéphir (2015)

Pour ceux qui ont lu « La vérité sur l’Affaire Harry Quebert » de l’écrivain suisse Joël Dicker, dans la version poche chez De Fallois Poche, imprimée par CPI Brodard & Taupin dans la Sarthe, vous reconnaîtrez l’illustration de couverture !)

Vacances en Buick Roadmaster (2015)


Pour en savoir plus sur Xavier Marabout : Art-Marabout

PERSONNAGE ▶️ SUPERDUPONT (il illustre notre super article)
Date de naissance : 1972
Signes particuliers : Beauf, chauvin, raciste.
Superdupont est né dans Pilote, sous le dessin affûté de Gotlib en collaboration avec Lob au scénario. La série est une parodie des séries de super-héros américains. Superdupont porte beret et charentaises et un marcel marqué des initiales "S. D." Il combat sans relâche les "Anti-France", les "méchants" qui attaquent les "vraies valeurs" et les symboles de la France, et défend ardemment le camembert, la "nouille française", la Tour Eiffel ou "nostre beyle langue françoise".
Un peu comme nous quoi !

SUPERDUPONT - HÉROS NATIONAL

Promis, on reviendra sur l’oeuvre de Marcel Gottlieb, dit Gotlib (1934 -2016)

ACTUALITÉ ▶️ Le nouvel album de Lucky Luke : un cow-boy dans le coton !
Chez Dargaud, on a attendu le jour de l’émancipation pour annoncer la sortie et fait du hasard, mais pas calculé du tout, puisque l’album était en préparation bien avant la mort de George Floyd et la flambée de manifestations antiracistes aux États-Unis, le racisme et la ségrégation raciale en général est plus que d’actualité dans le monde ! Enfin !
L’éditeur avait choisi le 19 juin - Le Juneteenth, également connu sous le nom de jour de la Liberté (Freedom Day), jour de l’Émancipation (Emancipation Day), ou encore jour du Jubilé (Jubilee Day) ! C’est une fête célébrée aux États-Unis rappelant l’annonce de l’abolition de l’esclavage à travers tout le Sud confédéré !
Le nouvel album du cow-boy solitaire scénarisé par Jul et dessiné par Achdé sortira aux éditions Lucky Comics dès le 23 octobre 2020. 48 pages, 10,95 euros.
Lucky Luke, l’homme qui tire plus vite que son ombre, est rejoint par Bass Reeves, un personnage qui n’a rien de fictif puisqu’il a été le premier Noir nommé shérif adjoint dans le Mississippi. "Les histoires de Lucky Luke sont censées se dérouler durant la guerre de Sécession, et au-delà, pourtant jamais les Afro-Américains ne sont représentés dans les albums, sauf de manière marginale" comme le précise Jul. Alors c’est chose faîte ! La série créée il y a plus de 70 ans par le Belge Morris continue à vivre grâce aux talents de plusieurs dessinateurs. Lucky Luke et un shérif noir contre le Ku Klux Klan ! on a hâte !

Lucky Luke - Un Cow-Boy dans le coton
©Dargaud / Lucky Comics, DR

Allez, c’en est fini pour aujourd’hui ! Promis, on reviendra défendre notre patrimoine, le 9ème art Made in France & Made in Belgium !

© Achdé

Vous avez aimé ? Partager !