ACTU

Quand le Made in France devient une cause nationale

[EDITION SPÉCIALE]
Produire davantage en France. Le Président Emmanuel Macron a rendu hommage aux entrepreneurs, aux salariés et aux ouvriers indispensables au maintien de l’économie face à la crise actuelle, en affirmant vouloir faire du Made in France une cause nationale. Le coronavirus COVID-19 aura mis à la mal la mondialisation, il est temps de réagir et se rendre compte que produire local est l’impératif de demain.
S’il y avait une solution, demain, ce serait peut être de taxer les entreprises qui fabriquent ailleurs et aider celles qui fabriquent en France en les rendant aussi plus compétitives et vertueuses ! Pour rappel, le « jour du dérèglement » était le 5 mars 2020, (jour où la France a émis plus de carbone qu’elle n’en capte en un an)
Quand aux consommateurs, il va falloir changer nos habitudes, si l’humanité vivait comme les français, il faudrait les ressources de 2,7 Terre.

[EDITO]
Le jour d’après.
Même si ces dernières années on sentait que le changement était dans les esprits, il aura fallu qu’une pandémie, comme nous la vivons actuellement, mette à mal la population et l’économie mondiale. On a fini par se rendre compte que les circuits courts sont primordiales, autant dans l’alimentation que dans l’industrie, il va donc falloir revoir tout notre système pour le rendre plus viable dans le temps. Évidemment que les fabrications de médicaments, de masques de protection, de gels hydroalcooliques, de kits de dépistage, de respirateurs médicaux, sont prioritaires, toutes les usines fabriquant ces produits ont été délocalisés à l’étranger pour seul motif le profit, et répondre favorablement à tous les actionnaires. Non seulement, la France a bel et bien perdu sa souveraineté industrielle, et ce depuis longtemps, en laissant sur le carreau des centaines de milliers de travailleurs, mais le libéralisme dans lequel nous nous engouffrions avec frénésie, pousser par l’idéologie d’une croissance permanente, nous emmenait directement dans le mur !
Voilà, ça y est : le mur on vient de se le prendre en pleine face, et si vous n’en êtes pas encore convaincu, jeter un œil dehors !
Dans quelques mois, on verra le nombre d’artisans, de petites marques, de PME et PMI, de restaurants, de commerçants, d’agriculteurs, d’indépendants, de gens qui travaillent mais vivent déjà dans la précarité … qui n’auront pas pu rester debout.

C’est tellement facile de tirer à boulet rouge sur le gouvernement actuel, mais depuis les années 50-60, on se sent plus "internationale" que Français, en nous laissant envahir par la malbouffe, la fastfashion, l’ubérisation et les internets sensés nous faciliter la vie ! "on", c’est tout le monde, On est tous responsable de ce qui arrive ! De notre dépendance au pétrole, aux industriels et financiers qui ont plus misé à l’étranger, aux marketing nous faisant prendre des vessies pour des lanternes, aux médias avec leur starisation et leur télé mouton réalité, aux prix des marchandises venus d’ailleurs sur lesquels les fabricants ou agriculteurs français ne peuvent pas s’aligner ; cette mondialisation, on finit par trouver ça normal, et on valide en achetant... Nous vivons quand même dans un des plus beaux pays au monde, celui de la liberté, des Droits de l’homme et de la Révolution où l’éducation et le système de santé étaient incomparables, mais fragiles ! Les savoirs faire disparaissent malgré la volonté de quelques entrepreneurs à vouloir les sauver comme un ultime combat pour donner du sens à leur vie. Depuis plus d’une soixantaine d’année, nous avons vu s’effondrer notre tissu industriel et agricole, par négligence, laissant la pauvreté s’installer de plus en plus, tout en rendant les riches toujours plus riches. A force de ne pas payer les gens correctement, de négliger cette armée de petites mains volontaires qui fait aujourd’hui encore tourner l’économie du pays : les agriculteurs, les personnels médicaux, les enseignants, les livreurs, les caissières, les éboueurs, les agents d’entretien, les policiers, les pompiers, les couturières… et en préférant investir dans des startups sans avenir, nous sommes devenus un pays de service, s’appuyant sur les pays émergents pour produire les richesses dont nous avons besoin au quotidien, mais un pays sans industrie, sans agriculture, sans main d’œuvre n’a pas d’avenir.
L’état n’est pas l’unique responsable, les actes de chacun pèsent dans la balance. Et ça commence par notre propre consommation. Nous sommes Tous responsable.

Dans tous ce fracas, il y a d’irréductibles Gaulois qui se battent encore et encore contre les envahisseurs, qui se lèvent le matin pour fabriquer en France sans forcément gagner beaucoup d’argent, mais fière de pouvoir enrichir leur communauté, de faire travailler le voisin, d’être solidaire sans se préoccuper du lendemain... et ceux là ne font pas de politique !

"Nous ne sommes pas économiste, nous ne voulons donner de leçon à personne, nous essayons juste d’être logique, acheter Français, encore mieux, local, manger de saison, ne pas acheter des produits qui viennent du bout du monde, c’est du bon sens, c’est soutenir les emplois, et peut être aider ceux qui en ont besoin."

si chacun fait sa part, le monde pourra changer.

Vous avez aimé ? Partager !