ACTU

La 36eme campagne des restos du coeur

le monde d’après, il l’aurait imaginé avec moins de pauvres qu’avant !

"Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie." disait André Malraux

Michel Colucci dit Coluche

Un clown, oui peut être, c’est avec cette tronche qu’il a démarré, mi clown, mi pochtron, avec ses pompes jaunes et sa salopette rayée bleue et blanche façon Obélix en plus fin, avec ses blagues à rallonge (l’histoire d’un mec) et puis il est devenu cet humoriste exquis, un brun vulgaire, mais populaire, aimé par une grande majorité des Français, s’attaquant à des sujets sociaux et politiques avec tendresse, entre deux sketchs de lessive et de schmilblick... un clown, peut être, mais un sacré humoriste. Pour les plus jeunes qui ne l’ont pas connu, il s’est même présenté aux élections présidentielles. Qui aurait parié la dessus ? Qui aurait parié qu’il donnerait un coup de main aux plus démunis en lançant les Restos du Cœur sans discours ou baratins, mais plus encore, qui aurait parié que 35 ans plus tard, ce serait plus de 3 milliard de repas distribués... même pas lui. C’était pour un seul hiver.

C’est l’histoire d’un mec, en 1985, il y a donc 35 ans, une paille ou une vie, qui lançait sur Europe 1 dans son émission "Y’en aura pour tout le monde" un appel à qui voulait bien l’entendre, c’est à dire à tous, pour aider les plus démunis. Dire que Coluche pensait que les restos du cœur ne dureraient qu’un seul hiver... 35 ans plus tard, c’est toute l’année que l’association avec ses 73000 bénévoles essaye tant bien que mal d’aider les plus démunis, comme le Secours Populaire et la fondation abbé Pierre et bien d’autres associations.

.
Les étudiants de l’Ecole Supérieure de Commerce mettaient la main à la pate - ESCP :

.
Chaque année, ils sont des milliers a demander l’aide alimentaire, une augmentation de 10 à 15% par an, plus de la moitié ont moins de 25 ans (49%) et 39% sont mineurs, ils n’ont même pas connu Coluche, ils ne connaissent probablement que les enfoirés, et encore.
"Comment ne pas être révoltés en accueillant sur nos sites des jeunes livreurs à vélo qui portent des repas toute la journée mais ont pour eux-mêmes besoin de l’aide des Restos ?" Patrice Blanc, Président des Restaurants du Cœur.

10 millions de personnes en France vivent sous le seuil de pauvreté,

même en ayant un travail (8%), et 5 millions ont recours à l’aide alimentaire. Au 1er janvier 2020, l’Insee enregistrait 67 Millions de Français, cela représente 15% de la population, hallucinant, et le pire reste à venir, à cause de cette pandémie, obligeant un grand nombre de société à jeter l’éponge et mettre la clé sous la porte, les mises en faillite vont jeter au chômage les employés et les saisonniers, voir même les petits patrons, commerçants, indépendants et auto-entrepreneurs - pour info des centaines de chef d’entreprises ne se versent pas de salaire, le clivage de la lutte des classes est dépassé - tout le monde peut être touché.

Par l’Agence Change - Brand Station

Rien n’est plus intolérable que l’absurde !

Mais nous ne sommes pas n’importe quel pays, le truc absurde, dans un des pays les plus riches du globe, c’est cette pauvreté qui augmente chaque jour (où les riches sont de plus en plus riches), l’absurdité d’un système qui se mord la queue, où on a privilégié pendant des années l’aide à l’étranger, où les sociétés ont préféré donner du travail aux pays pauvres ou en voie de développement, pour produire plus et moins cher, pour maximiser leur marge et satisfaire les actionnaires, retirant le travail à toute une population, préférant investir à l’étranger, à moindre coûts, humains, taxes, impôts divers et variés. La mondialisation comme réalité et comme fatalité, l’argument récurant dans toute son absurdité. La délocalisation a engendré la désindustrialisation, démantelant notre tissu industriel et les savoir-faire acquis depuis plusieurs siècles. Les emplois ont suivi, c’est la masse salariale qui coûte le plus cher à une société, mais sans elle, elle n’existerait pas ; pourtant, malgré les profits, ils continuent de supprimer les emplois en premier. Une vie vaut-elle moins qu’un produit ? "Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie." disait André Malraux Derrière chaque produit ou aliment que nous consommons, il y a des mains, un travail, un artisan, un savoir-faire, un salaire, un être humain.

Le truc absurde c’est que les associations humanitaires et sociales existent et perdurent grâce aux dons des particuliers, qui payent déjà des impôts, en parti pour des prestations sociales.

Ce n’est pas comme si nos gouvernements ne faisaient rien, mais ça ne suffit pas.
▶ En sortant de la guerre, le 19 octobre 1945, le gouvernement de Gaulle institue la Sécurité Sociale par ordonnance. Les ménages (48,1%) et les entreprises (43,1 %) sont les principaux financeurs de la Sécurité Sociale. En 2018, celle-ci a versé 470 milliards d’euros de prestations sociales (dont maladie : 198 Md - vieillesse : 126 Md) soit l’équivalent de 25 % du PIB français.
▶ Le 20 octobre 1988, le Parlement français vote à l’unanimité la « loi Coluche » : « chaque personne ayant fait un don, même modeste, à une association, bénéficie d’une réduction d’impôts ».
▶ L’Europe a présenté un nouveau projet de budget européen 2021-2027 ainsi qu’un plan de relance dont une partie pourra venir abonder le Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD), qui représente plus d’un repas sur quatre aux Restos.

C’était mieux avant ? NON, c’était pire

On le voit avec la crise du COVID-19 qui bouleverse la vie de tous, y compris les gouvernements qui s’endettent en essayant d’équilibrer l’aide sanitaire urgente et l’aide économique. Pas simple. Mais elle frappe plus durement les plus démunis, accentuant encore plus les inégalités. L’argent est probablement mal distribué, mal réparti, mal utilisé, pas suffisant... pas à nous de juger. Le mouvement des gilets jaunes est né de ce mécontentement, et c’était avant la pandémie.

Pas besoin de remonter à la Révolution Française ou au Moyen Age, même si certains aimeraient y retourner, c’était bien pire avant.
Pourtant tout à changer dans notre société. Le comportement des consommateurs a évolué depuis 50 ans, poussé par un marketing de masse, accentué encore par internet (l’hyper-choix) et la starisation (qu’il est moche ce néologisme) du football et ses salaires indécents, d’influenceurs superficiels, d’artistes sponsorisés ... nous poussant vers un modèle économique et consumériste pas viable du tout (mais pas du tout), aidé par les médias anti-culture et un marketing (de merde) nous faisant passer des vessies pour des lanternes, avec la positive attitude dégoulinante de bien-être, d’amour et de bienveillance qui va avec, en y mettant un soupçon de GreenWashing (le bio fait à l’autre bout du monde, le commerce éthique...), de FrenchWashing (conçu avec amour en France Made in ailleurs) ... écœurant ! Mais ça marche ! Comme disait Coluche : Vous n’êtes pas respons... raisonnables !

.

Et Non, ce n’était pas mieux avant :

.
Est-ce normal que les principaux mécènes des Restos soient Carrefour, Coca Cola, Lidl, Danone ... ? Pourquoi ont ils tellement de pognon à donner ou à défiscaliser ? Pour se racheter, se donner une bonne conscience ? Ils sont les principaux acteurs de cette pauvreté ! Manque plus que Nike, H&M, Uber, Apple, Nestlé (liste non exhaustive)... et pourquoi pas MacDo... ah ben tiens, en parlant de malbouffe, Coluche y avait peut être déjà pensé :

(*) euh il n’y aurait pas comme une ressemblance là ?

C’est pas bizarre ça ?

Flippant même...
Circulez, y’a rien à voir
Ah non de dieu !

.

Alors on fait quoi ?

▶ MANGEZ des artichauts (enfin non, ce n’est plus la saison 😁) ! carottes, céleris, choux, patates, endives, pommes, clémentines (Corse)... et on évite la malbouffe (burger, kebab...)

▶ CONSOMMEZ FRANÇAIS (local et Made in France) le plus possible ! regardez les étiquettes !

▶ Et pour les RESTAURANTS du COEUR pas le choix, ils comptent encore sur vous :
effectuez un don en ligne sécurisé sur internet : dons.restosducoeur.org
Par SMS, envoyez « don » au 9 24 24* pour faire un don de 5€.
Par courrier, (chèque à l’ordre des Restaurants du Cœur) :
Les Restaurants du Cœur,
42, rue de Clichy – 75009 Paris

Merci !
#NeJamaisSeprendreAuSérieux

Vous avez aimé ? Partager !